Le blog de Patrice Finel2
Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines (proverbe mexicain)

Je signe pour la 6éme République


http://www.m6r.fr/2014/09/je-signe-pour-6e-republique/

Je signe pour la 6éme République


Leçon de Grec : c’est au peuple de décider

Leçon de Grec : c’est au peuple de décider
En décidant de convoquer un référendum, le gouvernement d’Alexis Tsipras vient de donner une leçon de démocratie à toute l’Europe. Malgré des propositions concrètes du côté d’Athènes, l’ultimatum posé par l’Union Européenne a en effet pour unique but d’humilier et déshonorer le gouvernement de Syriza et de dissuader tout peuple de résister.

Le premier ministre Alexis Tsipras tient ainsi ses engagements de respect de la souveraineté populaire. Il montre qu’il n’y a pas de fatalité à se soumettre sans résistance aux diktats des politiques austéritaires imposées par la troïka contrairement au précédent gouvernement de droite.

Il tranche avec la soumission dont a fait preuve le gouvernement français et François Hollande. Où était, cette semaine, le soutien à Tsipras que nous avait promis François Hollande ?

Le Parti de Gauche salue cette décision courageuse et appelle au soutien et à la solidarité avec le peuple grec, le gouvernement grec et son premier ministre Alexis Tsipras.



Les nouveautés du site

Valls, le danger pour la démocratie

Valls, le danger pour la démocratie



Continuons à soutenir la Grèce

Continuons à soutenir la Grèce


Vive l'avenir!

Vive l'avenir!



Chanson de 1985 malheureusement actuelle!

Jean Ferrat: La porte est à droite.
A ecouter: http://youtu.be/qPBfqvUWY2g


Chanson de 1985 malheureusement actuelle!


Orthographe

Il se peut que dans ce blog, il y ait des fautes d'orthographes!!!! je m'en excuse mais........

Orthographe


Inscription à la newsletter

10 000 manifestants pour la paix à Tel Aviv.




10 000 manifestants pour la paix à Tel Aviv.
C’est la plus grande manifestation d’Israéliens en faveur de la paix depuis le début de la guerre de Gaza, il y a plus d’un mois : environ 10 000 personnes réunies samedi soir place Yitzhak Rabin, à Tel Aviv, sous le slogan « changer de cap, vers la paix, pas la guerre ».

Sans doute fallait-il l’arrêt des combats pour que les Israéliens se sentent autorisés en plus grand nombre à rompre avec la politique de l’Etat, les manifestations précédentes ayant réuni moins de monde.

Certains partis de gauche, comme le Meretz, ou des groupes comme La Paix maintenant, avaient refusé de se joindre aux manifestations alors que les roquettes du Hamas étaient tirées en direction des villes israéliennes. Ils étaient présents samedi soir.

En particulier l’écrivain David Grossman, l’un des principaux soutiens de La Paix maintenant, un groupe fondé il y a plus de trente ans, a pris la parole samedi soir pour dire :

« On ne pourra pas respirer pleinement en Israël tant que Gaza étouffe. [...] Nous serons toujours les voisins des habitants de Gaza. Nous devons vivre ensemble. »

Le journaliste Charles Enderlin a relevé que David Grossman – qui a perdu un fils dans la guerre du Liban en 2006 – a souligné que le nationalisme, le fanatisme et le racisme, ont fait irruption dans la société israélienne sans la moindre honte. « Il faut se réveiller », a-t-il dit.


Les manifestants tentent de faire pression pour que les négociations qui reprennent ce dimanche au Caire entre Israël et les Palestiniens pour consolider le cessez-le-feu temporaire à Gaza aboutissent, et pour que s’engagent de véritables négociations de paix.

Pour les organisateurs, cités par le site israélien 972+ : « Il faut empêcher un nouveau round de combats. Il n’y a pas de solution militaire, il faut une solution politique. »

Les courants politiques représentés à cette manifestation sont toutefois devenus nettement minoritaires en Israël, si l’on en croit les derniers sondages. Ils ont donc une force morale, et veulent montrer au monde, et aux Palestiniens, que la société israélienne n’est pas monolithique, mais ils pèsent peu dans les décisions.

La coalition autour de Benyamin Netanyahou, qui va du centre à l’extrême droite la plus dure est certes divisée, mais s’appuie sur une opinion qui a glissé sensiblement à droite au fil des années.

Le gouvernement s’en prend d’ailleurs durement à cette opposition pacifiste, parfois accusée de « trahison ». Vendredi, le quotidien libéral Haaretz dénonçait une « chasse aux sorcières » contre la gauche et les défenseurs des droits de l’homme. En particulier, le quotidien évoquait le cas de l’organisation B’Tselem, qui a été sortie de la liste des institutions accueillant des jeunes pour le « service civil ».

Il était jusqu’ici possible pour les jeunes Israéliens, au lieu de passer trois ans – deux pour les femmes – dans l’armée, d’effectuer un « service civil » au sein de cette ONG, qui critique les exactions de l’armée, notamment dans les territoires occupés.

« Mensonges et calomnies »

Dénonçant une « organisation qui travaille contre l’Etat et contre ses soldats qui sacrifient héroïquement leur vie », le directeur de l’administration du service civil, Sar-Shalom Jerbi, cité par La Tribune de Genève, a accusé B’Tselem de « propager mensonges et calomnies pour servir les ennemis d’Israël et encourager l’antisémitisme à travers le monde ».

L’ONG a, elle, dénoncé une attaque contre la démocratie et lancé une pétition de soutien en ligne.

(d'aprés le site Rue89)

Dimanche 17 Août 2014
Patrice FINEL
Lu 754 fois