Le blog de Patrice Finel2
Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines (proverbe mexicain)

Je signe pour la 6éme République


http://www.m6r.fr/2014/09/je-signe-pour-6e-republique/

Je signe pour la 6éme République


Leçon de Grec : c’est au peuple de décider

Leçon de Grec : c’est au peuple de décider
En décidant de convoquer un référendum, le gouvernement d’Alexis Tsipras vient de donner une leçon de démocratie à toute l’Europe. Malgré des propositions concrètes du côté d’Athènes, l’ultimatum posé par l’Union Européenne a en effet pour unique but d’humilier et déshonorer le gouvernement de Syriza et de dissuader tout peuple de résister.

Le premier ministre Alexis Tsipras tient ainsi ses engagements de respect de la souveraineté populaire. Il montre qu’il n’y a pas de fatalité à se soumettre sans résistance aux diktats des politiques austéritaires imposées par la troïka contrairement au précédent gouvernement de droite.

Il tranche avec la soumission dont a fait preuve le gouvernement français et François Hollande. Où était, cette semaine, le soutien à Tsipras que nous avait promis François Hollande ?

Le Parti de Gauche salue cette décision courageuse et appelle au soutien et à la solidarité avec le peuple grec, le gouvernement grec et son premier ministre Alexis Tsipras.



Les nouveautés du site

Valls, le danger pour la démocratie

Valls, le danger pour la démocratie



Continuons à soutenir la Grèce

Continuons à soutenir la Grèce


Vive l'avenir!

Vive l'avenir!



Chanson de 1985 malheureusement actuelle!

Jean Ferrat: La porte est à droite.
A ecouter: http://youtu.be/qPBfqvUWY2g


Chanson de 1985 malheureusement actuelle!


Orthographe

Il se peut que dans ce blog, il y ait des fautes d'orthographes!!!! je m'en excuse mais........

Orthographe


Inscription à la newsletter

25 Novembre – Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes


J'approuve le Parti de la Gauche européenne qui participe à ces actions:



25 Novembre – Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La violence contre les femmes, la violence sexiste et machiste, ne connaît pas de trêve et s’adapte à l’évolution des temps tout en se renforçant.
L’un des pires maux de la société est la misogynie ; elle est en pleine expansion. L’égalité entre femmes et hommes et les politiques contre la violence sexiste ne sont pas présentées comme essentielles par les gouvernements nationaux ni par l’Union Européenne dans les discours des fronts politiques et institutionnels visant à résoudre la crise.
Au niveau européen et au niveau mondial, les femmes ont des salaires moins élevés pour un travail de valeur égale, elles doivent assumer les responsabilités familiales et les soins et accomplissent une double ou triple journée de travail, elles ont moins d’opportunités, des emplois précaires, des taux d’activité plus faibles, tout cela entraîne une féminisation de la pauvreté. Au niveau politique, le taux de représentation des femmes est négligeable. Les femmes encourent des peines d’emprisonnement pour avoir défendu le féminisme laïc sans frontières. La burqa ne disparaît pas. L’exploitation sexuelle des femmes et des jeunes filles pour satisfaire proxénètes et « consommateurs de sexe » tout en enrichissant les mafias persiste. Des femmes sont assassinées pour avoir défendu l’éducation des filles, elles sont lapidées pour avoir défendu la liberté, on utilise de l’acide pour détruire leur corps, le féminicide des femmes jeunes et pauvres est en augmentation,
Dans de nombreux pays, les lois sur le droit à l’avortement sont menacées par des modifications régressives, les inégalités s’accroissent, des femmes sont assassinées, la précarité est aggravée par la crise, dans des pays comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et la plupart des pays de l´Est d’Europe. L’utilisation de langage sexiste par les institutions et les programmes de télévision renforcent les inégalités. Le démantèlement des services publics touche plus sévèrement les femmes.
Le Parti de la Gauche Européenne demande que la violence contre les femmes soit définitivement supprimée de nos sociétés, et pour cela il faut que:

Face à la crise économique, les institutions nationales et européennes concentrent leurs efforts et leurs ressources humaines, matérielles et financières au renforcement de l’égalité et à la suppression de la violence sexiste par des plans annuels qui doivent se refléter dans les budgets généraux et spécifiques à tous les niveaux.

Face la violence des marchés et au capitalisme,
Face à la collaboration des gouvernements,
Face à l’indifférence de la société:
Révolution féministe

Vendredi 23 Novembre 2012
Patrice FINEL
Lu 488 fois