Le blog de Patrice Finel2
Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines (proverbe mexicain)

Je signe pour la 6éme République


http://www.m6r.fr/2014/09/je-signe-pour-6e-republique/

Je signe pour la 6éme République


Leçon de Grec : c’est au peuple de décider

Leçon de Grec : c’est au peuple de décider
En décidant de convoquer un référendum, le gouvernement d’Alexis Tsipras vient de donner une leçon de démocratie à toute l’Europe. Malgré des propositions concrètes du côté d’Athènes, l’ultimatum posé par l’Union Européenne a en effet pour unique but d’humilier et déshonorer le gouvernement de Syriza et de dissuader tout peuple de résister.

Le premier ministre Alexis Tsipras tient ainsi ses engagements de respect de la souveraineté populaire. Il montre qu’il n’y a pas de fatalité à se soumettre sans résistance aux diktats des politiques austéritaires imposées par la troïka contrairement au précédent gouvernement de droite.

Il tranche avec la soumission dont a fait preuve le gouvernement français et François Hollande. Où était, cette semaine, le soutien à Tsipras que nous avait promis François Hollande ?

Le Parti de Gauche salue cette décision courageuse et appelle au soutien et à la solidarité avec le peuple grec, le gouvernement grec et son premier ministre Alexis Tsipras.



Les nouveautés du site

Valls, le danger pour la démocratie

Valls, le danger pour la démocratie



Continuons à soutenir la Grèce

Continuons à soutenir la Grèce


Vive l'avenir!

Vive l'avenir!



Chanson de 1985 malheureusement actuelle!

Jean Ferrat: La porte est à droite.
A ecouter: http://youtu.be/qPBfqvUWY2g


Chanson de 1985 malheureusement actuelle!


Orthographe

Il se peut que dans ce blog, il y ait des fautes d'orthographes!!!! je m'en excuse mais........

Orthographe


Inscription à la newsletter

9 avril :Journée Nationale Unitaire de Grève et de Manifestation


Nous manifestons, 13h Place d’Italie à Invalides
Salarié-e-s, Privé-e-s d’emploi, Retraité-e-s, Toutes et tous en grève et dans la rue pour dire non à l’austérité !



9 avril :Journée Nationale Unitaire de Grève et de Manifestation
Y en a marre ! De l’argent, il y en a !
Le patronat et le gouvernement tentent en permanence, relayés par les médias à la solde du pouvoir et de la finance, d’opposer systématiquement la question des salaires et celle de l’emploi. Les politiques d’austérité accentuent la détérioration des conditions de travail et de vie pour les salarié-e-s, les retraité-e-s, les privé-e-s d’emploi et une crise économique sans précédent ! LA CRISE, C’EST EUX ! LA SOLUTION, C’EST NOUS !
Le travail est un coût ? C’est FAUX ! Le patronat et le gouvernement ne cessent d’affirmer que le travail est un coût. C’est faux ! Le travail est, au contraire, créateur de richesses. Ce sont les travailleurs-ses qui créent les richesses, pas les patrons ni les actionnaires. En 1981, les dividendes versés aux actionnaires représentaient en moyenne 10 jours de travail par salariée. En 2012, ils en représentent 45 ! C’est du vol caractérisé. Il n’y a pas d’argent ? C’est FAUX ! 200 milliards d’Euros d’exonérations fiscales et sociales, auxquelles sont venus s’ajouter le pacte de responsabilité et le CICE (Crédit Impôt Compétitivité Emploi) censé relancer l’emploi et la croissance soit, 41 milliards d’Euros de cadeaux supplémentaires pour le patronat en détruisant notre système de protection sociale, et en accentuant la casse des services publics de proximité.
De même, c’est en France qu’en 2014 la rémunération des actionnaires a connu la plus forte hausse (+ 30,3 %) avec 40 milliards d’Euros distribués. Pendant ce temps, les salaires et les pensions n’augmentent pas, le gel du point d’indice se poursuit dans la fonction publique. [...]Les salarié-e-s sont résigné-e-s ? C’estFAUX ! Depuis plusieurs mois, les conflits sociaux se multiplient dans les entreprises du public comme du privé. La question des salaires et de l’emploi sont au cœur de toutes ces luttes.
c’est l’augmentation des salaires qui permettrait au contraire une relance de l’économie et donc la création d’emplois.
Lorsque les salarié-e-s luttent, ils gagnent ! Ainsi les salarié-e-s des boutiques de la Tour Eiffel, des palaces parisiens, du supermarché Tang Frères, des relais toilettes des gares parisiennes… se sont organisé-e-s collectivement et ont obtenu par la lutte des avancées significatives.
Le Patronat a obtenu cette manne sans aucune contrepartie… mais ça ne lui suffit pas !
Il y a le Projet de Loi Macron : un projet fait par un banquier pour le monde de la finance, contre le monde du travail !
Le projet de loi Macron n’a qu’un but, que les salarié-e-s et leurs représentant-e-s ne puissent s’opposer à la toute-puissance des patrons, de plus en plus libérés des « contraintes » du code du travail, des contrôles de l’inspection du travail, de la menace des Prud’hommes. Par des mesures aussi symboliques que le travail du dimanche ou du soir, cette loi vise également la modification profonde de la structure du travail et de sa rémunération, rendant les salarié-e-s corvéables à merci, exploitables du lundi matin au dimanche soir.
La croissance soi-disant recherchée par ce projet de loi ne vise pas à répondre aux besoins des citoyens, mais uniquement à renforcer les profits de quelques-uns. C’est une loi anti démocratique porteuse de régressions sociales et qui conforte la politique d’austérité en favorisant la rentabilité financière pour les grandes entreprises. ce projet de loi n’est pas tourné vers l’avenir mais vers le XIXe siècle ! C’est le cas du Ministre Macron.
Le projet de loi Macron sécurise les patrons, pas les salarié-e-s !
Par le recours à la procédure « d’ordonnances » et l’usage du 49-3, le projet de loi Macron signe un véritable déni de démocratie. Nous
dénoncons aussi les tentatives de récupération de la misère sociale par l’extrême-droite qui, contrairement à ce qu’elle affirme, reste l’alliée du patronat contre les salariés. Il suffit de lire son programme électoral pour s’en convaincre.
nous manifestons:
- Pour l’augmentation générale des salaires (Smic à 1700€) et des pensions, des minimas sociaux,
- pour l’emploi stable,
- pour l’amélioration des conditions de travail et de vie,
- pour des services publics de qualité et un haut niveau de protection sociale,
- pour le retrait du pacte de responsabilité,
- pour le retrait du projet de loi Macron,
- pour les salaires, la création d’emplois, l’amélioration des conditions de travail et de vie,
- pour les Services Publics et la Protection Sociale

Mercredi 1 Avril 2015
Patrice FINEL
Lu 2803 fois