Le blog de Patrice Finel2
Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines (proverbe mexicain)

Je signe pour la 6éme République


http://www.m6r.fr/2014/09/je-signe-pour-6e-republique/

Je signe pour la 6éme République


Leçon de Grec : c’est au peuple de décider

Leçon de Grec : c’est au peuple de décider
En décidant de convoquer un référendum, le gouvernement d’Alexis Tsipras vient de donner une leçon de démocratie à toute l’Europe. Malgré des propositions concrètes du côté d’Athènes, l’ultimatum posé par l’Union Européenne a en effet pour unique but d’humilier et déshonorer le gouvernement de Syriza et de dissuader tout peuple de résister.

Le premier ministre Alexis Tsipras tient ainsi ses engagements de respect de la souveraineté populaire. Il montre qu’il n’y a pas de fatalité à se soumettre sans résistance aux diktats des politiques austéritaires imposées par la troïka contrairement au précédent gouvernement de droite.

Il tranche avec la soumission dont a fait preuve le gouvernement français et François Hollande. Où était, cette semaine, le soutien à Tsipras que nous avait promis François Hollande ?

Le Parti de Gauche salue cette décision courageuse et appelle au soutien et à la solidarité avec le peuple grec, le gouvernement grec et son premier ministre Alexis Tsipras.



Les nouveautés du site

Valls, le danger pour la démocratie

Valls, le danger pour la démocratie



Continuons à soutenir la Grèce

Continuons à soutenir la Grèce


Vive l'avenir!

Vive l'avenir!



Chanson de 1985 malheureusement actuelle!

Jean Ferrat: La porte est à droite.
A ecouter: http://youtu.be/qPBfqvUWY2g


Chanson de 1985 malheureusement actuelle!


Orthographe

Il se peut que dans ce blog, il y ait des fautes d'orthographes!!!! je m'en excuse mais........

Orthographe


Inscription à la newsletter

En Essonne: Confusion annoncée pour le mercredi de la rentrée scolaire!


L’incertitude plane sur l’organisation de la prochaine rentrée des classes, début septembre. Une trentaine de maires annonce la non-application des nouveaux rythmes, et la situation pourrait être compliquée à gérer par endroit. a Vigneux, le Maire a annoncé que les écoles seraient fermées le mercredi 3 septembte!



En Essonne: Confusion annoncée pour le mercredi de la rentrée scolaire!
Les vacances à peine commencées, la rentrée septembre se profile dans toutes les têtes, et en particulier pour les maires qui doivent mettre en application la réforme des rythmes scolaires. Plusieurs de ces élus (Droite, Centre ou Sans étiquette) se réunissaient vendredi dernier à l’Assemblée départementale d’Evry, à l’invitation de deux d’entre eux, Nicolas Dupont-Aignan (Yerres) et Christian Schoettl (Janvry).
Après la fronde des maires qui ont voté des délibérations contre l’application de cette réforme, ces élus ne comptent pas en rester là pendant les vacances. Deux mois après avoir annoncé vouloir un report de l’application des nouveaux rythmes scolaires, ils refusent aujourd’hui de mettre en place le mercredi matin en classe à la rentrée septembre.
Le message est délivré par Christian Schoettl, qui a déposé un recours au Conseil d’Etat avec 50 maires en février dernier et qui mène inlassablement le combat pour l’abrogation des décrets Peillon et Hamon. « Il ne s’agit pas de couleur politique, nous parlons ici de problèmes pratico-pratiques » indique le maire de Janvry, qui juge « inapplicables » les nouveaux horaires. Concrètement, dans sa commune comme dans la trentaine d’autres signataires du manifeste*, l’école sera bien fermée le mercredi matin, a contrario des consignes données par le ministère et relayées sur le terrain par l’académie et ses inspecteurs.
Le gouvernement a mis en ligne via un portail spécialisé les horaires prévus des écoles du département à partir du 2 septembre prochain. Il est indiqué aux parents que les cours auront bien lieu le mercredi. Mais selon Christian Schoettl, « les parents sont prévenus dans nos communes, l’école sera fermée le mercredi 3 septembre » . « Nous n’avons pas les locaux pour le péri-scolaire, ni le personnel qualifié » constate Geneviève Mennelet, nouvelle maire de Chalou-Moulineux, pour qui « la réforme n’est pas applicable dans l’état actuel de nos finances ».

« Se pose la question de la sécurité des élèves »

Au rectorat, on indique que les consignes sont données aux écoles pour que les nouveaux horaires soient appliqués dès la rentrée. Mais si les choses restent dans cette configuration, on pourrait se retrouver dans une situation plus que confuse lors des premiers jours de classe. Ce qui inquiète les enseignants du département, qui se retrouveraient entre deux feux. Pour Emmanuel Cabiran, secrétaire du Snuipp-FSU 91 (syndicat du primaire), « il faudra être très attentif, car se pose la question de la sécurité des élèves » . « Qui aura la responsabilité de 200 gamins qui se retrouveraient sur le trottoir? » s’intérroge le syndicaliste enseignant, qui constate déjà que « les collègues sont en première ligne, on a pu l’observer dans les 10 villes qui ont appliqué dès 2013, ils font les frais des dysfonctionnements ».
Maire de Yerres, Nicolas Dupont-Aignan parle d’ « impossibilité matérielle » à mettre en place dès septembre les nouveaux horaires, « on a de vraies difficultés à recruter des animateurs » ajoute-t-il, en demandant « une pause » dans l’application des décrets. Sans réponse à leurs demandes, les maires concernés promettent de « fermer les écoles et d’aller en manifestation à la préfecture » le mercredi 3 selon l’édile de Viry-Chatillon Jean-Marie Vilain. « Les enseignants respectent les consignes, nous sommes des fonctionnaires, si on nous dit d’ouvrir l’école nous le faisons » réagit Emmanuel Cabirant, tout en critiquant la façon dont est faite la réforme, « qui va créer des inégalités territoriales » .
« Les choses vont bouger pendant l’été » veut croire Eric Mehlhorn, maire de Savigny-sur-Orge. Le rapport de force que ces maires souhaitent continuer risque de connaître de prochaines évolutions. Les esprits se détendront peut-être à la fin de l’été, avec un possible retour aux négociations. Mais pour le syndicaliste essonnien, s’il devait y avoir blocage de la situation à la rentrée, pas question « que les enseignants soient les boucs émissaires » de cette mise en place.

Mercredi 16 Juillet 2014
Patrice FINEL
Lu 1613 fois