Le blog de Patrice Finel2
Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines (proverbe mexicain)

Je signe pour la 6éme République


http://www.m6r.fr/2014/09/je-signe-pour-6e-republique/

Je signe pour la 6éme République


Leçon de Grec : c’est au peuple de décider

Leçon de Grec : c’est au peuple de décider
En décidant de convoquer un référendum, le gouvernement d’Alexis Tsipras vient de donner une leçon de démocratie à toute l’Europe. Malgré des propositions concrètes du côté d’Athènes, l’ultimatum posé par l’Union Européenne a en effet pour unique but d’humilier et déshonorer le gouvernement de Syriza et de dissuader tout peuple de résister.

Le premier ministre Alexis Tsipras tient ainsi ses engagements de respect de la souveraineté populaire. Il montre qu’il n’y a pas de fatalité à se soumettre sans résistance aux diktats des politiques austéritaires imposées par la troïka contrairement au précédent gouvernement de droite.

Il tranche avec la soumission dont a fait preuve le gouvernement français et François Hollande. Où était, cette semaine, le soutien à Tsipras que nous avait promis François Hollande ?

Le Parti de Gauche salue cette décision courageuse et appelle au soutien et à la solidarité avec le peuple grec, le gouvernement grec et son premier ministre Alexis Tsipras.



Les nouveautés du site

Valls, le danger pour la démocratie

Valls, le danger pour la démocratie



Continuons à soutenir la Grèce

Continuons à soutenir la Grèce


Vive l'avenir!

Vive l'avenir!



Chanson de 1985 malheureusement actuelle!

Jean Ferrat: La porte est à droite.
A ecouter: http://youtu.be/qPBfqvUWY2g


Chanson de 1985 malheureusement actuelle!


Orthographe

Il se peut que dans ce blog, il y ait des fautes d'orthographes!!!! je m'en excuse mais........

Orthographe


Inscription à la newsletter

Les patrons ignorent la crise




Les patrons ignorent la crise
En 2014, les rémunérations des patrons du CAC 40 ont encore atteint des sommets. Elles ont progressé de plus de 10% par rapport à 2013, pour atteindre un total mirobolant : 153 millions d’euros. La rémunération moyenne s’établit autour de 3,8 millions d’euros. Si la part fixe des rémunérations reste, dans l’ensemble, assez stable, la part variable augmente, et les attributions d’actions et d’options s’envolent (+ 19,8 %).

Parmi les recordmen du revenu, on retrouve des noms biens connus. Lakshmi Mittal, dont le groupe a licencié quelques 600 salariés à Florange, empoche plus de 3 millions d’euros. Frank Riboud, qui renâcle à augmenter les employés de Danone, récupère quant à lui, options et actions comprises, plus de 6 millions d’euros. François-Henri Pinault (Kering) le talonne, avec plus de 5 millions. En tête du classement, Jean-Paul Agon (L’Oréal) et Christopher Viehbacher (Sanofi), qui dépassent tous deux la barre des 8 millions.

Mention spéciale pour Carlos Ghosn. Le PDG de Renault, qui a imposé un gel des salaires dans son entreprise, voit sa rémunération augmenter de 174% par rapport à 2013 et atteindre les 7,2 millions d’euros. A ce joli magot devrait s’ajouter une somme à peu près équivalente, versée pour son activité à la tête de Nissan. Soit un total annuel de 14 ou 15 millions d’euros – de quoi affronter la crise avec sérénité.

Ce scandale des rémunérations obscènes resurgit chaque année, sans que rien ne soit fait pour l’enrayer.

L’instauration d’un vote des actionnaires sur les rémunérations des dirigeants (« say on pay ») n’est qu’un leurre, dans la mesure où ce vote reste consultatif. De fait, la baisse très nette du taux d’approbation des salaires par les actionnaires (parfois près de 50% de défiance) lors des dernières assemblées générales n’a pas eu le moindre effet modérateur.

Quant au code de bonne conduite – pourtant peu contraignant – édicté par le MEDEF, il n’est même pas respecté par ses promoteurs. Pierre Gattaz, qui s’était déjà accordé une rallonge de 30% en 2013, aurait encore profité d’une augmentation de 8% en 2014, alors même qu’il avait abandonné son poste de PDG de Radiall. Il aurait également, au mépris du code de conduite, cumulé un contrat de salarié avec un statut de mandataire social.

Face à ces abus, la solution existe : l’encadrement par la loi. Mais le gouvernement n’y songe pas une seconde. En mars 2012, à Londres, le candidat Hollande avait lancé aux milieux d’affaires : « I am not dangerous ». Voilà au moins une promesse tenue…

Vendredi 29 Mai 2015
Patrice FINEL
Lu 3244 fois